- Recettes de Leyre et d'ailleurs - http://www.recettes-de-leyre-et-d-ailleurs.fr -

GELEE DE CHEVREFEUILLE AUX PECHES BLANCHES

Tout d’abord, il faudra que votre route croise celle d’un chèvrefeuille…Puis guetter sa période de floraison

qui s’étale de juin à septembre, en cueillir une belle brassée…

Séparer le grain de l’ivraie (façon de parler) c’est la partie la plus contraignante-longue…

Puis, consacrer un peu de votre temps

avant de pouvoir étaler cette gelée sur une tartine

Ingrédients pour environ 3 pots de 350 g

150 g de corolles de chèvrefeuille (soit à peu près 220 g de fleurs entières)

1 kg de pêches blanches dénoyautées et coupées en morceaux

300 g de sucre

1/2 l d’eau de source

+ du sucre en fonction du poids obtenu

Commencez par cueillir les fleurs de chèvrefeuille en détachant seulement les corolles, en clair enlever les trompettes allongées blanches pour ne garder que les pétales jaunes.

Laver, sécher, dénoyauter puis couper les fruits en morceaux leur ajouter le sucre et les fleurs de chèvrefeuille, verser dans un saladier et laissez macérer quelques heures, ici une nuit.

Le lendemain, le contenu du saladier et l’eau de source dans une bassine et faire cuire jusqu’à ce que les fruits deviennent translucides. Il faut compter environ 20 minutes au total, dont 10 minutes à compter de l’ébullition.

Verser le contenu de la bassine à travers un tamis (ou une passoire à grille fine) posé sur une terrine, puis laissez égoutter plusieurs heures, surtout sans presser les fruits, pour que la gelée reste bien claire.

Recueillir le jus obtenu, le peser, puis lui ajouter le sucre, en principe on applique à 500 g de liquide son équivalent en sucre.

Mais afin de réduire la quantité en sucre, j’ai pesé pour 500 g de jus 400 g de sucre.

Faîtes chauffer puis laissez bouillir à feu vif jusqu’à ce que la dernière goutte qui se détache de l’écumoire soit large, faites le test de la prise (environ 15 minutes à compter de l’ébullition).

Verser dans des pots qu’on aura au préalable lavés et mis à sécher sur un torchon fraîchement repassé, essuyer soigneusement et remplir les pots les couvrir à froid.

A l’instar de la confiture la gelée se couvre à froid.

Le lendemain, la cuisinière de Leyre qui d’habitude attends au moins 6 mois avant d’entamer un pot de confipote, a recouvert sa tartine avec et …

a trouvé cette gelée toute en finesse parfumée sans excès, juste ce qu’il faut.

Sur ces notes toutes florales

Ps : Je tiens à m’excuser auprès des inscrits à la newsletter qui à chaque fois que je relis un ancien article pour y amèner une modification quelconque se retrouve dans leur boîte mél. Il faudrait que je trouve la méthode pour éviter ce désagrément.