POTJEVLEESCH EN POT FACON PATÉ (TEMPS DE STERILISATION) PRET AU VOYAGE !

Le  potjevleesch en pays cht’mi est une institution chaque boucherie-traiteur, restaurant…famille…détient SA recette. La première fois que j’en avais entendu parler c’était par MisterEyre, intarissable sur les spécialités de sa région. J’ai eu la possibilité d’en goûter, il y a deux ans de cela, lors de notre escapade dans le Nord, mon grand coup de coeur. Je n’ai jamais rencontré une telle concentration de personnes aussi chaleureuses…comme le dirait la chanson :  » Les gens du Nord ont dans le cœur le soleil qu’ils n’ont pas dehors ». Ce plat flamand d’origine devenu Dunkerquois d’adoption signifie « pot de viandes, « pot et vleesch (viande) »  constitué de 3 viandes qu’on recouvre de gelée. Alors pour faire plaisir à mon amoureux, je voulais en confectionner mais pour deux personnes, ça m’inspirait moyennement, mais en part portionnable conservées en bocaux…Je me suis dis que mes pots pourraient, voyager, pique-niquer, aller en location…bref un potjevleesch qui va voir du pays, ça me parlait plus.

C’est un pâté pas comme les autres car composé d’une part de viande cuite, le lapin pour pouvoir l’effilocher et de viandes crues hachées grossièrement, l’ensemble parfumé aux baies de genièvre puis recouvert d’une couche gélifiée à base d’une bière que je découvre ardennaise, acheté chez un brasseur  Dunkerquois, une STOUT au goût dense.

Ce plat s’accompagne généralement de frites et d’un brin de salade verte pour se donner bonne conscience. J’ai eu la flemme de sortir la friteuse….la brancher, la nettoyer avant de la ranger…alors je l’ai accompagné de pommes de terre à la salardaises (revenues dans de la graisse de canard).

De quoi remplir 8 pots de 300 g : La moitié d’un lapin (j’ai récolté 400g de chair) 100 g de couenne – 400 g d’échine de porc – 400 g d’épaule de veau – 2 échalotes -1 oignon – 1 càsoupe d’huile d’olives – 1 càcafé de baies de genièvre  et de baies roses – 3 carottes – 1 càsoupe de fond de veau – 1 bière de houille brune – 4 feuilles de gélatine – 13 g de sel fin – poivre selon votre goût (j’ai mis à la place un intrus, le piment d’espelette, mais j’aime tellement son goût)Déposer dans un fait tout une cuillère à soupe d’huile d’olive, le lapin découpé en morceaux et le faire rissoler. Ajouter les carottes épluchées coupées en dés, les échalotes et l’oignon émincés, saupoudrez avec la cuillère à soupe de fond de veau et couvrir avec la bière. Remuer et laisser cuire pendant 20 minutes. Laissez refroidir, puis enlever le lapin, le dépoter. Filtrer le jus de cuisson de lapin et le verser dans une casserole.

Hacher grossièrement, la couenne, l’échine et l’épaule de veau. Mélanger ces trois viandes à celle du lapin et aux légumes qui ont cuit avec le lapin.  Rajouter les baies de genièvre, rectifier en assaisonnement sel-poivre.

Mettre les feuilles de gélatine à tremper dans un bol rempli d’eau du robinet pendant 3 minutes environ.

Déposer la casserole contenant le jus de cuisson de lapin à chauffer, une fois que le liquide commence à bouillir et déposer les feuilles de gélatine essorée. Éteindre sur le feu et remuer jusqu’à dissolution de la gélatine.

Laver les pots à l’eau savonneuse chaude. Les rincer et les mettre  à sécher sur un torchon propre et repassé. Les essuyer soigneusement, la moindre trace d’humidité qui subsisterait deviendra trace de moisissure. Donc on sèche les bocaux deux fois plus qu’une !

Remplir au 2/3 du mélange viande-légumes,  le tiers restant verser le jus de cuisson gélifié.

Essuyer les bords du bocal et le refermer.

Déposer les pots dans un stérilisateur, en prenant soin de mettre des torchons entre les bocaux pour les caler et éviter qu’il ne s’entrechoquent et se brisent. Remplir d’eau du robinet le stérilisateur, les pots doivent être entièrement recouverts. Je pose sur le dessus un poids constituer de grosses pierres pour éviter que les pots ne remontent à la surface de l’eau, poser le couvercle.

Temps de stérilisation

Laissez stériliser 2 heures à compter du chuchotement de l’eau. Pour un total de cuisson de 2 H 30 à  2 H 45 si on compte le temps de stérilisation à partir du  démarrage à froid.

Laissez les pots refroidir dans le stérilisateur. Le lendemain les essuyer soigneusement et les conserver dans un endroit tempéré à l’abri de la lumière. On peut déguster sans attendre le pâté mais il est meilleur si on le laisse reposer 6 mois, ça permet aux arômes  de s’exhaler.

Attention : Ne pas remplir les pots à ras bord, il faut laisser environ 2 cm de vide, pour que le gras puisse trouver sa place.

Les pots doivent être parfaitement étanches, les joints  ou capsules doivent être neufs, ils ne servent qu’une fois.

PS : Pour ceux qui se poseraient des questions sur la cuisson des viandes qui n’ont pas été cuites, porc, veau, elles vont cuire durant le temps de stérilisation.

Sur ces notes maltées et la vision du surfinia en fleurs,

Je vous souhaite à tous de passer un excellent week-end sous le soleil si tout va bien et vous dis, à très vite pour un nouvel échange gourmand.

17 Réponses à POTJEVLEESCH EN POT FACON PATÉ (TEMPS DE STERILISATION) PRET AU VOYAGE !

  1. cathdragon dit :

    ah la la la la ….. tes photos sont toujours très appétissantes et donnent envie de se mettre tout de suite aux fourneaux ! bisous cath

  2. joelle dit :

    Coucou,
    Merci pour ma petite Puce.
    Bisous,bisous.
    MamyJo

  3. Mamé09 dit :

    A part que je ne pourrais jamais dire le nom de cette recette !
    Je suis partante …
    Bisous Mamé

  4. boljo dit :

    Quand le nord rencontre le sud dans la cuisine de Leyre cela fait des heureux (comme toujours). Une spécialité que je ne connais bien mais qui offre le double avantage de se partager avec des copains et en tous temps et tous lieux. Le bonheur en bocal ! Biz. Boljo

  5. la nonna dit :

    un bon plat chnordiste super bon, bisous

  6. chacha dit :

    il a l’air super bon ce plat du chnord, j’y tremperais bien une petite fourchette. A la lecture de viande non cuite je me posais quelques question mais finalement elle cuit légèrement avec la stérilisation. Les pommes de terre sarladaises en accompagnement me vont parfaitement, depuis ma mésaventure avec la friteuse qui s’est vidée dans la cuisine le jour de noël, je dois bien avouer que je suis réticente à la ressortir. BOn je file faire un peu de lecture, passe une bonne après midi dans ton transat à profiter du soleil, ici c’est un peu mitigé.

  7. the vamp' dit :

    PS : merci pour les photos des fleurs dans la véranda et la vue sur la jardin de Leyre
    bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

  8. the vamp' dit :

    un petit pot de viande en gelée avec du bon gras fondant sur les frites : miam !
    quel bonheur ces recettes familiales !

    j’imagine que Misteyre a du faire un revival de son enfance chez les gens du nord qui ont dans le cœur le soleil qu’il n’ont pas dehors…

    et toi au fait : t’es de quelle origine : quelle Région ?
    c’est quoi TA spécialité vébounette ? es tu une vrai vigneronne de bordeaux ?

    bisous
    bon dimanche
    bonnes vacances : moi et estelle aussi ca va faire du bien
    keukeur en vacances + tard a la fin du mois ou j’en reprends aussi pour écouler la pas pris
    bisous

  9. UN pâté voyageur … J’aime l’idée ! Et s’il se mêle à la gastronomie sarladaise, alors ça me plaît encore plus ! ;o) Je note l’idée, bien sûr. Je vais faire goûter ça aux copains !
    Bisous
    Hélène

  10. Lili dit :

    Un oubli……magnifique la couleur du pétunia ainsi que la composition florale
    Re bise
    Lili

  11. Brigitte dit :

    Un plat bien de chez moi mais malheureusement je ne l’apprécie pas beaucoup.
    Par contre, si mon amoureux à moi voyait ça!!!
    Je ne te garanti rien quand à sa réaction!!!Il serait capable de vouloir t’écrire pour que tu lui envoies quelques pots ou même connaître ton adresse pour venir manger ce soir chez toi;)
    Bon dimanche sous le soleil. ( hier je suis allée acheter quelques plantes de surfinia qui trônent au jardin sur mes appuis de fenêtres. Cette sorte que tu as photographiée est très jolie )

  12. Lili dit :

    Coucou Veb,
    C’est vrai,les gens du Nord sont chaleureux,car nous avons eue souvent
    l’occasion d’y aller ,car notre fille a fait l’école de commerce E.D.H.E.C basée
    à Lille.C’est en plus de l’accueil,une ville Magnifique
    Quant à votre recette qui doit être succulente bien sûr elle ne fera pas partie de
    vos recettes que je classe précieusement.
    Mais j’adore le nom Potjevleesch……sans le lapin hi! hi! hi!
    Très bon Dimanche très chère Veb + une bise amicale ainsi qu’à Mister Eyre
    un grat grat à Chianki
    Lili

    • Véb dit :

      Coucou fidèleLili,
      Des hautes études pour des enfants élevés dans l’échange que j’imagine culturel et ouvert. Aujourd’hui il a fait un temps superbe, un vrai temps de printemps. On se sent revivre. On peut remplacer le lapin par du poulet, j’en ferais à l’occasion une autre version. J’ai pu choper chez la voisine Minoucha hier pour le caresser, il ronronnait à tout va…et comme le mur est mitoyen, CHIANKI ayant tout entendu, a accumulé bêtises sur bêtises (genre il a machouillé les lacets de mes tennis, fait un pissou devant la porte…mais jaloux ce chien grrrrrrrr. Il n’est pas aussi mignon que Snoop Snoop…Biz bien amicale, j’espère que vous avez pu profiter avec notre pêcheur émérite de ce beau temps. Bon début de semaine.

      • Lili dit :

        Snoopy est un chien qui ne partage pas son jardin et de bon
        matin il a coursé 2 chats en aboyant au grand plaisir
        des voisins…….je me l’imagine.heureusement ils sont
        sympa …..les voisins !!!!!!!
        Bise
        Lili

  13. MamyJo dit :

    Coucou Véb,
    Une bien délicieuse recette. Avec quelques frites, j’en ferai bien mon repas de ce midi. Je te souhaite de passer un excellent dimanche. Chez nous, le soleil pointe son nez.
    Bisous. MamyJo

Vous lire est toujours un plaisir, ça blooste, revigore...

%d blogueurs aiment cette page :