- Recettes de Leyre et d'ailleurs - https://www.recettes-de-leyre-et-d-ailleurs.fr -

GATEAU FAMILIAL AUX BISCUITS, PETIT BEURRE (LU) SANS CUISSON

 

C’est une recette que j’avais publié sur mon ancien blog. J’ai eu l’occasion de la refaire lors d’un séjour de fils unique n°1, dans mon cœur, en pays de Leyre. Je lui avais confectionné son gâteau préféré. Il l’ aime à la crème au beurre dégoulinante parfumée au café. Surtout, surtout, ne pas rajouter ou retrancher un seul ingrédient, car il s’en apercevrait.  Ce n’est pas difficile, c’est son gâteau doudou. Il en aura mangé à tout âge, à toutes les occasions,  et même pour son anniversaire, il n’en veut pas d’autre. Voici donc la recette d’un gâteau simple, familial à forte teneur caféinée. J’avais vu ma grand mère ainsi que ma mère le confectionner. Il a été de toutes les sorties, de toutes les tablées. On le prépare la veille pour le lendemain, les gourmands que nous étions, heu…que nous sommes toujours,  attendions d’avoir notre carré graal pour nous en délecter. Avec mes frères tous les prétextes étaient bons, pour ouvrir la porte du frigo et passer un doigt délicatement sur le dessus, puis de camoufler tant se faire que peut, les traces de notre forfait.  Mais nos incursions n’échappaient pas à son ouïe fine et invariablement nous parvenait une voix plus ou moins lointaine, celle de ma mère : « je sais d’ici ce que vous faites. Allez out de la cuisine, la patience ça se cultive »…

Si tu veux cultiver la patience, si tu aimes le café, si tu n’as pas de four…

Gâteau familial aux biscuits petits beurre (lu) sans cuisson pour 12 carrés :

      100 g de mascarpone

Confection du gâteau familial aux biscuits petit  beurre (lu) et à la crème au beurre parfumée au café

  1. Commencer par faire couler un café fort dans lequel on va tremper le biscuits. Le laisser refroidir, il faut qu’il soit froid pour que les biscuits restent entiers.

  2. Dans un saladier cassez les jaunes et les fouetter avec le sucre et jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

  3. Puis incorporer le beurre ramolli petit morceaux par petit morceaux.

  4. Dissoudre les deux cuillères de café lyophilisé dans 1 càs d’eau chaude et bien amalgamer. Les verser sur les jaunes d’oeufs fouettés.

  5. Dans un autre récipient battre les blanc d’œufs en neige avec la cuillère de sucre.

  6. Incorporer délicatement les blancs en neige à la préparation contenant les jaunes d’œufs et le café. Rajouter le mascarpone. Mélanger

  7. Puis choisir un plat, de préférence rectangulaire ça évite les découpes, puis passer rapidement, un à un les biscuits qu’on étale au fur et à mesure de manière à couvrir le plat d’une rangée des biscuits.

  8. Étaler d’une couche de crème au café dessus, puis déposer encore une couche de biscuits trempés dans le café couvrir de crème et terminer par une dernière couche de biscuits, napper avec le restant de la crème.

  9. On peut enrichir la préparation en décorant la dernière couche de fruits secs grossièrement concassées (le fils de Leyre le préfère sans). Mais comme j’en avais confectionné deux, celui que nous avons consommé contenait du pralin et vraiment ça lui confère un supplément d’âme.

  10. Placez ce gâteau au frais dans l’attente de  sa consommation, l’idéal étant de le faire la veille pour le lendemain.

  11. Il se congèle sans difficulté et auquel cas il faudra le sortir une ½ h avant sa consommation et le laisser décongeler entreposé dans le réfrigérateur.

Sur ces notes d’une recette familiale sans doute semblable à mille autre mais sans pareille pour lui et pour moi. Je suis fière de voir l’homme qu’il est devenu. Chaleureux, empathique, vaillant et puis ça me fait drôle de voir que ce petit bout de chou de 2,500 kg devenu un beau gaillard, protecteur avec sa mère. Je suis fière de vous présenter mon fils à qui je dédicace cet article.

Il n’y a que l’amour maternel qui soit capable de désintéressement et qui sache dire : que mon fils soit heureux sans moi, et loin de moi, pourvu qu’il soit heureux et profite pleinement de la vie.
Henri-Frédéric Amiel (Journal intime, le 2 janvier 1881)

A très vite les amis pour un nouvel échange gourmand. D’ici là prenez bien soin de vous, vous le valez bien !